Site d’information de l’Union Départementale des Syndicats CGT du CHER

Gagner la prise en compte de la pénibilité au travail dans le calcul de l’âge de départ en retraite

publié le mardi 6 décembre 2005 par jpp

Le 6 décembre, une trentaine de militants CGT venant de diverses entreprises privées ou établissement publics (Lisi Automotiv, Mbda, Auxitrol, hospitaliers etc.) ont accompagné une délagation unitaire qui s’est rendue au Medef du Cher puis à la Préfecture pour exiger de véritables négociations pour la prise en compte de la pénibilité dans le calcul de l’âge de départ en retraite.

Cette action à l’initiative des instances départementales CGT, CFDT, FSU et UNSA était pour réclamer :

  • du Medef qu’il prenne en compte les revendications syndicales afin d’aboutir à un accord interprofessionnel,
  • de l’Etat qu’il ouvre des négociations sur ce point dans la fonction publique. Ces délégations étaient porteuses des actions qui devaient avoir lieu dans les entreprises en direction des patrons. Ce jour là, devait se tenir une nouvelle séance de négociation entre le Medef et les organisations syndicales mais les représentants du patronat qui reviennent sur leurs engagements d’hier ont préféré repousser cette rencontre à une date non déterminée.

Surcharge, intensité, exposition aux toxiques, organisation fabriquant du stress, le travail génère une inégalité d’espérance de vie de 8 à 12 ans suivant l’activité professionnelle.

Une double injustice insoutenable, à une vie raccourcie s’ajoute le fait de cotiser toute sa vie pour la retraite et le moment venu, de ne pas en bénéficier comme tout le monde.

Depuis plusieurs années, divers systèmes mis en place par les employeurs des grands établissements pour gérer les effectifs pouvaient permettre à de nombreux salariés fatigués, usés par le travail, de quitter avant 60 ans.

Aujourd’hui, il n’y a plus rien pour partir plus tôt. Pour certains, malheureusement cela pourra se traduire par la formule « de l’usine au cimetière ». A la fatigue des années de dur travail s’ajoute la désespérance de ne plus pouvoir partir comme prévu.

Le MEDEF joue la montre et tente de supprimer ce droit. La loi sur les retraites a prévu l’ouverture de négociations sur la retraite anticipée pour travaux pénibles. Le MEDEF a mis plus d’un an avant de s’exécuter et a ouvert des négociations il y a 8 mois. Depuis, il n’a pas cessé de jouer la montre en faisant quelques propositions de prévention en dessous de ses engagements pris par un accord en 1975 et en dessous des obligations légales, sans jamais aborder la question de la retraite anticipée.

Elargir la définition de pénibilité au travail. Avec l’apparition des nouvelles technologies, de nouveaux métiers apparaissent avec des incidences négatives sur la santé. C’est le cas de ceux qui travaillent toute la journée devant des écrans d’ordinateurs, ceux qui, dans les centre d’appel portent toute la journée un écouteur sur les oreilles etc. Les réductions de crédit dans les hôpitaux se traduisent par des réductions d’effectif et par des dégradations importantes des personnels soignants. On peut en dire autant des enseignants de l’éducation nationale qui connaissent des classes surchargées, la violence verbale voire physique au quotidien. Ce sont les raisons pour lesquelles les organisations syndicales demandent l’ouverture de négociation sur ce point également dans la fonction publique.


La notion de pénibilité fait partie du quotidien des professionnels de santé

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 824236

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTUALITES   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License