Site d’information de l’Union Départementale des Syndicats CGT du CHER

Janvier 2004 : 250 000 chômeurs vont être privés de ressources

publié le lundi 15 septembre 2003 par WEBMASTER site CGT UD du CHER

A compter de janvier 2004, quelque 250 000 chômeurs vont être privés de toute ressource et ce pendant plusieurs mois. C’est inacceptable ! En effet, à cette date, prendra effet l’application de deux mesures visant à renforcer les processus d’exclusion des personnes privées d’emploi.

En diminuant la durée et les taux d’indemnisation du chômage, environ 250 000 chômeurs jusqu’à présent indemnisés basculeront le 1er janvier 2004 vers le Rmi et rejoindront ainsi les 1 100 000 bénéficiaires actuels.

De plus, l’application de cette mesure est prévue avant même que la loi sur la décentralisation ne soit adoptée. Or, pour permettre aux Conseils généraux de prendre en charge cette nouvelle dépense financière, il faudrait qu’ils délibèrent en octobre ou en novembre prochain. Sauf que sans vote préalable de la loi, les Départements ne pourront pas prévoir les budgets adéquats. De leurs côtés, les Caf ne seront pas alimentées des fonds nécessaires pour payer à temps l’ensemble des bénéficiaires du Rmi.

Une fois de plus, ce sont les agents instructeurs du RMI et les travailleurs sociaux qui risquent d’être débordés par cette arrivée massive de nouvelles demandes à instruire et par la détresse prévisible de la population concernée.

Même si les Caisses d’allocations familiales ont d’ores et déjà prévu d’intégrer, dès le mois de janvier prochain, les droits des allocataires concernés en matière d’allocations logement et de prestations familiales, il sera impossible pour ces milliers de familles et d’allocataires de vivre sans ressources.

Contrairement aux objectifs annoncés lors de leur mise en place, le Pare et le PAP ont accéléré les inégalités, amplifié les critères de sélection selon lesquels certains chômeurs seraient jugés plus

" employables " que d’autres. Face à ce terrible constat, il est urgent de repenser les politiques d’emploi, la lutte contre la précarité et l’exclusion et plus largement de réfléchir à un véritable service public de l’emploi et de l’indemnisation.

La CGT a, une nouvelle fois, interpellé le patronat, les directions de l’UNEDIC, de l’ANPE, et de l’Apec, afin que la question de l’emploi soit négociée dans toutes ses dimensions.

Enfin, pour ne laisser aucun chômeur privé de ressources, la CGT estime qu’il faudrait dans l’immédiat différer la décentralisation du RMI aux départements et permettre ainsi, une fois la loi votée, aux Conseils généraux de prendre le temps de mettre en œuvre son application budgétaire.

Montreuil, le, 15 septembre 2003


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 889822

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTUALITES   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License