Site d’information de l’Union Départementale des Syndicats CGT du CHER

Succès du Forum public organisé par la CGT le 24 mars à Saint-Amand-Montrond sur l’avenir de l’imprimerie Bussière.

publié le samedi 3 avril 2010 par jpp

Le succès de ce Forum public auquel ont participé pas moins de 200 personnes à la salle Aurore de la Cité de l’Or le 24 mars 2010 a nettement modifié le rapport des forces en faveur des salariés de l’imprimerie. Le syndicat CGT a présenté et mis en débat son projet alternatif à celui de la direction du groupe CPI qui entend licencier entre 120 et 150 personnes sur les 260 salariés que compte l’imprimerie. La balle est maintenant dans le camp de la direction.

Le mercredi 24 mars, de 18 h 30 à 20 h 30, pas moins de 200 personnes, salariés de l’imprimerie Bussière et citoyens du Saint-Amandois ainsi que les élus de toutes les tendances politiques ont participé au Forum public organisé par la CGT.

A la tribune des élus étaient présents : Thierry VINÇON, Maire UMP de Saint-Amand-Montrond, François DUMON, Conseiller Régional Communiste, Jean-Michel GUERINEAU, Conseiller Général Communiste, Yann GALUT, Jeanine BERNARDET et Paul BERNARD, Conseillers Généraux Socialistes. Michel RIVET, Conseillère Régionale Europe Ecologie et Maire de Marçais n’a pas pu participer à la totalité du forum mais a quand même tenu a venir à l’ouverture pour apporter son soutien aux imprimeurs.

A la tribune des organisateurs étaient présents : Frédéric PICHOT, délégué syndical CGT à l’imprimerie BUSSIERE, Pascal LEFEVBRE, représentant la FILPAC CGT (industries du livre, du papier et de la communication), Jean-Marc DURAND, secrétaire général de l’Union locale CGT de Saint-Amand, Sébastien MARTINEAU, secrétaire général de l’Union départementale CGT du Cher, Philippe CORDAT, secrétaire régional CGT Centre et Jean-Pierre PLANSON, membre du collectif régional et départemental CGT "politique industrielle".

Une absence remarquée : les dirigeants du groupe CPI qui ont adressé un courrier aux journalistes pour tenter de justifier leur refus de participer, courrier que Philippe CROS, journaliste au Berry Républicain, l’un des deux animateurs du débat a lu en début de séance : "Le débat doit rester dans l’enceinte de l’entreprise parce que le projet de réorganisation, complexe d’un point de vue humain, industriel et stratégique, a vocation à être traité dans l’enceinte même de l’entreprise ». Ils indiquent également qu’un « échange ouvert et une concertation active et approfondie » sont en cours avec les partenaires sociaux, et ce depuis l’annonce du projet, le 20 janvier dernier". Pour la CGT cette absence et les arguments du groupe prouve que son plan ne tient pas la route face aux propositions alternatives syndicales. CPI entend fixer seul les règles du débat. La concertation qu’il invoque n’est que de la poudre aux yeux car Il ne veut discuter que sur la base de "son plan" et rien d’autre. Par cette attitude, le groupe affiche également son mépris à l’égard de la population du Saint-Amandois et des collectivités territoriales. Autrement dit : c’est à nous les patrons de décider, les citoyens et les élus du Peuple n’ont rien à dire.

Le débat était animé par Bruno CADENE, journaliste à France Bleu Berry et Philippe CROS, journaliste au Berry Républicain. La CGT tient à les remercier pour leur coopération.

Eric PICHOT, délégué syndical CGT de l’imprimerie Bussière a présenté sous forme de diaporama les propositions alternatives du syndicat. Plusieurs interventions d’élus notamment, ont souligné la qualité du travail de la CGT.

Toutes les interventions, que ce soit dans la salle où à la tribune des élus, ont insisté sur la nécessité de maintenir la totalité des emplois tout en modernisant le parc machines.

Pour Jean-Claude COFFIN, militant communiste et retraité de l’imprimerie THIOLLAT aujourd’hui fermée : "Tous les Saint-Amandois sont des Bussière". Pour Jean-Michel GUERINEAU, Vice Président communiste du Conseil général et François DUMON, Vice Président communiste de la Région Centre : "il est temps il est temps que les salariés et la population se mêlent des questions économiques… On souffre des boudoirs secrets, où l’on fait des choix désastreux sur le dos des salariés et de la population"

En effet, la CGT qui réclame depuis 14 ans la modernisation de celui-ci est favorable à l’implantation de nouvelles machines QUANTUM utilisant le procédé numérique permettant une certaine souplesse dans les tirages notamment des petites séries.

Mais en même temps la CGT, insiste sur le maintien les rotatives CAMERON et STRACHAM car cela permettrait de mieux répondre a un marché qui se diversifie. Il faut savoir que le nombre de livres achetés en France est en augmentation mais le marché se modifie : les petites séries se multiplient. Cependant, les tirages en grande séries sont toujours importantes, d’ou la nécessité de maintenir les rotatives actuelles car les QUANTUM ne peuvent répondre à cette demande. En effet, une CAMERON ou une STRACHAM fait en 2 heures ce qu’une QUANTUM réalise en une journée. La CGT est également favorable au transfert de l’imprimerie de la rue de Juranville vers la zone industrielle où est déjà implanté un autre site Bussière. Une demande de permis de construire a d’ailleurs été déposée par CPI pour agrandir les locaux afin d’y installer les nouvelles QUANTUM. La CGT est d’autant plus favorable à ce transfert que cela supprimerait les nuisances sonores dont souffrent les riverains la nuit (l’imprimerie travaille 24 heurs sur 24). Contrairement au bruit qui a été répandu, les rotatives CAMERON et STRACHAM sont tout-à-fait démontables et transportables d’autant qu’il s’agirait de les transférer dans la zone industrielle toute proche. Le plan avancé par la CGT serait bien moins onéreux qu’un plan de licenciement de 120 à 150 personnes.

A l’inverse, la logique du groupe CPI, propriétaire de l’imprimerie BUSSIÈRE est de se recentrer sur les petites séries, marché particulièrement juteux en implantant des machines QUANTUM et en se débarrassant des rotatives à gros tirage toujours rentables mais d’un apport financier moins juteux pour les actionnaires.Le groupe CPI préfère mettre les CAMERON et les STRACHAM à la casse et délocaliser les grandes séries à l’étranger. Ces gens là cherchent uniquement l’augmentation des dividendes des actionnaires et se moquent bien du tissu industriel du bassin d’emploi de Saint-Amand Montrond.

Cette stratégie aurait pour conséquence :

  • la suppression de 120 à 150 emplois,
  • l’augmentation substantielle du nombre de camions sur les routes pour importer dans notre pays les livres imprimés en langue française en Italie, en Espagne ou en Allemagne. Alors que le gouvernement parle de favoriser le développement durable (prise en compte de l’environnement dans l’activité économique), c’est tout le contraire qui se pratique.

Cette orientation aurait également pour conséquence d’augmenter la part du transport dans le prix de revient des ouvrages et par conséquent le prix de vente des livres, ce qui ne va pas dans le sens des intérêts des consommateurs.

Ajoutons à cela que quand bien même les 150 personnes licenciées seraient reclassées, ce serait un appauvrissement du tissu industriel du Saint-Amandois. En effet, seule la production industrielle est créatrice de richesses, lesquelles sont indispensables pour financer le fonctionnement des autres secteurs notamment les services les écoles, la santé, les retraites etc.

C’est donc à l’unanimité que le citoyens présents à ce forum ainsi que l’ensemble des élus, toutes tendances politiques confondues ont adopté la motion proposée par la CGT demandant avec insistance au groupe CPI la négociation du dossier Bussière dans le cadre d’une table ronde locale qui permettrait de confronter le plan de la direction avec les propositions alternatives de la CGT.

Cette table ronde devrait réunir :

  • la direction du groupe CPI,
  • le syndicat CGT de Bussière assisté de sa fédération professionnelle et de ses structures territoriales,
  • les représentants des collectivités territoriales (municipalité, conseil général, conseil régional),
  • l’Etat et en particulier le ministère de l’Industrie.

La fédération CGT FILPAC sera d’ailleurs reçue au ministère de l’industrie le 8 avril 2010. Ce sera un occasion d’exposer le dossier Bussière.

La balle est dans le camp de la direction et il est aussi du devoir de l’Etat d’intervenir pour que ce dossier soit discuté dans un cadre plus large, comme le demande la motion adoptée à l’issue du Forum du 24 mars 2010 à Saint-Amand-Montrond.

En tout état de cause, si le groupe CPI campe sur ses positions, il devra affronter une résistance forte du personnel de l’imprimerie, de la population, des élus territoriaux ainsi que des personnels des autres entreprises du groupe dont les représentants syndicaux se sont réunis le 3 mars 2010 à Saint-Amand-Montrond.

D’autres mobilisations plus importantes sont en effet envisagée en cas de blocage de la part du groupe CPI.

Témoignage de Jean-Claude COFFIN

Reportage France 3 Edition Berry du 25 mars 2010-> http://info.francetelevisions.fr/video-info/player_html/index-fr.php ?id-video=&chaine=&id-categorie=&ids=&timecode=false&sequence=false#navVdoPlayer


Portfolio

Rotative CAMERON Rotative CAMERON La valeur ajoutée c'est nous ! François DUMON, Conseiller Régional Communiste Michèle RIVET, Conseillère Régionale Europe Ecologie Jean-Michel GUERINEAU, Conseiller Général Communiste Yann GALUT, Conseiller Général Socialiste Thierry VINÇON, Maire UMP de Saint-Amand-Montrond Jeanine BERNARDET, Conseillère Générale Socialiste Paul BERNARD, Conseiller Général Socialiste Tribune des représentants CGT Frédéric PICHOT, délégué syndical CGT Bussière Vue de la salle Vue de la salle Vue de la salle Tribune des représentants CGT Tribune des représentants CGT Tribune des élus Diaporama de présentation des propositions alternatives de la (...)

Motion exigeant l’ouverture de négociations dans le cadre d’une table ronde au plan local
Diaporama : résumé des propositions alternatives de la CGT
Cgt Bussière : propositions alternatives, document complet

Mots-clés

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 933205

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SYNDICATS  Suivre la vie du site CGT FILPAC IMPRIMERIE BUSSIERE 18200   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License