Site d’information de l’Union Départementale des Syndicats CGT du CHER

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans le CHER ce samedi 26 juillet 2014 en solidarité avec le peuple palestinien

Environ 300 personnes se sont rassemblées à Vierzon à 11 h, place de la République et près de 400 personnes ont défilé à Bourges à 14 h.

publié le samedi 26 juillet 2014 par jpp

Pour l’arrêt de l’agression israélienne contre le peuple palestinien à Gaza, le droits aux peuples palestiniens et israéliens de vivre dans un état aux frontières sûres et sécurisées

A Bourges, le défilé parti de la place Séraucourt à 14 h, après lecture par Yannick BEDIN, au nom des organisations appelantes (PCF, PCOF, CGT, Mouvement de la Paix, Médina) la manifestation a remonté une partie de la rue Moyenne pour s’arrêter devant le Monument de la Résistance, symbole des luttes pour la liberté, les droits de l’Homme, le droit des peuples à vivre libres et indépendants dans leur pays. Une minute de silence a été observée à la mémoire des victimes palestiniennes suite l’agression de l’armée israélienne. Les manifestants ont été invités à se tenir prêts à de nouvelles mobilisations si l’agression israélienne se poursuit.

Déclaration de Yannick BEDIN, au nom de l’ensemble des organisations syndicales, partis politiques et associations ayant appelé à la manifestation du samedi 26 juillet 2014 à Bourges.

(PCF, PCOF, CGT, Mouvement de la Paix, Médina)

"Le bombardement intensif de Gaza par l’armée israélienne et l’intervention terrestre et maritime depuis bientôt trois semaines, est un crime de guerre. Le bilan ne cesse de s’alourdir. Depuis le 8 juillet, l’opération israélienne à Gaza a fait plus de 800 morts palestiniens, en majorité des civils, et 35 Israéliens. Vendredi, le ministère de la Santé palestinien indique que 823 Palestiniens sont morts, et que 5 240 personnes ont été blessées. Plus tôt, l’Unicef évaluait le nombre d’enfants tués à 181, et 1 200 blessés. Quelque 110 000 civils de Gaza, où s’entassent 1,8 million d’habitants, se sont réfugiés dans les écoles de l’Office de secours pour les réfugiés de la Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA). Selon l’Unicef, 116 écoles de Gaza, dont 75 de l’UNWRA, ont été endommagées par les tirs israéliens depuis le 8 juillet. Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a diligenté une enquête sur de possibles "crimes de guerre" commis par Tsahal (1), tout en dénonçant les attaques aveugles du Hamas en Israël. Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU révèle que 74% des victimes palestiniennes sont des civils. Dans sa résolution adoptée le 23 juillet dernier, le conseil des droits de l’Homme s’engage à faire la lumière sur les crimes de guerre commis à Gaza. Nous condamnons l’attitude des représentants du gouvernement français qui se sont abstenus lors du vote de cette résolution. Une nouvelle fois le pouvoir israélien déclenche un déluge de feu sur Gaza, en toute impunité. Son objectif avoué est de mettre fin au gouvernement palestinien d’entente nationale, condition pourtant nécessaire à tout progrès vers une paix juste. Devant cette situation dramatique, les gou¬ver¬ne¬ments occi¬dentaux se can¬tonnent une nou¬velle fois à "dénoncer l’engrenage de la vio¬lence" sans désigner le res¬pon¬sable de cette nou¬velle tra¬gédie, et appelant seulement le gou¬ver¬nement israélien à la "retenue". Le pré¬sident François Hol¬lande est même allé jusqu’à cau¬tionner l’agression d’Israël contre la popu¬lation de Gaza en déclarant, lors de son entretien télé¬pho¬nique avec Ben¬jamin Neta¬nyahou le 9 juillet dernier, qu’il appar¬tenait au gou¬ver¬nement israélien de prendre toutes les mesures pour pro¬téger la popu¬lation face aux menaces". Alors que les rassemblements pacifiques se multiplient partout en France (nous en sommes à trois aujourd’hui à Bourges, un rassemblement s’est tenu ce matin à Vierzon), le gouvernement interdit pour la deuxième fois une manifestation à Paris créant ainsi les conditions d’une escalade verbale et des violences dans les rues de la capitale, alors même que la manifestation nationale autorisée mercredi dernier s’est bien passée. Nous attendons du gouvernement français autre chose que des provocations qui ne peuvent qu’attiser la haine antisémite et raciste et la confiscation du combat pour la souveraineté du peuple palestinien par des extrémistes de tout bord. Nous le redisons avec force aujourd’hui : le combat pour la liberté des Palestiniens est l’affaire de tous quelque soit ses convictions philosophique ou religieuses dès lors que l’on a le respect de la dignité humaine chevillé au corps. Nous attendons du président français François Hollande qu’il honore sa promesse de candidat de reconnaître enfin l’Etat palestinien et de tout faire pour qu’Israël se conforme aux résolutions de l’ONU. Nous attendons de la France qu’elle impulse dans l’Union euro¬péenne une politique favorable à la paix. L’Union européenne dis¬po¬serait d’un moyen simple : la sus¬pension de l’accord d’association avec Israël qui accorde des avan¬tages éco¬no¬miques à ce pays. Cet accord est condi¬tionné par le respect des droits humains, ce qui n’est pas le cas avec la colo¬ni¬sation et l’existence du mur qui sont illégaux selon le droit inter¬na¬tional. Pour dénoncer cette pas¬sivité cou¬pable de nos gou¬ver¬nants, et obtenir des actions concrètes de la France auprès du pouvoir israélien et du Conseil de sécurité, le Col¬lectif National pour une Paix Juste et Durable entre Pales¬ti¬niens et Israé¬liens nous appelons chacun à se mobiliser pour : Pour l’arrêt immédiat des bom¬bar¬de¬ments sur Gaza Pour l’arrêt de l’agression israé¬lienne en Cis¬jor¬danie et à Jéru¬salem Pour la levée du blocus, illégal et cri¬minel, de Gaza Pour des sanc¬tions immé¬diates contre Israël jusqu’au respect du droit inter¬na¬tional Pour le soutien au peuple pales¬tinien et au gou¬ver¬nement d’entente nationale, la reconnaissance de l’Etat palestinien aux côtés de l’Etat d’Israël".

(1) L’armée israélienne

Photos de la manifestation de Bourges